Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Dirty_Flichty 14/04/2016 16:20:23
La première prod Ghibli non-japonaise.
Les images sont à tomber :coeur:
banana 14/04/2016 16:46:43
Ghibli + Dudok de Wit ?!
Qu'est-ce qui se passe?
Est-ce le paradis?!
:bave:
Zoomat 29/06/2016 16:02:28
Mon dieu que c'est fade... Un film qui n'a absolument rien à offrir à part de la pseudo-poésie à la con. Les plans fixes sur de l'animation ultra simpliste qui n'a rien à raconter ça va 5 minutes, mais 1h15 ? Quel supplice. Enfin oui simpliste c'est vraiment ce qui décrit le mieux ce film : c'est salement simpliste à tous les niveaux.
blazcowicz 29/06/2016 17:18:40
Sans rire, j'ai vu que t'avais commenté dans l'actu mais pas la note, et je me suis dit "si Zoomat a détesté je fonce". Tu ne déçois pas :hap:
Zoomat 29/06/2016 19:00:08
Attends de l'avoir vu avant de dire ça. :hap:
Lt-Schaffer 29/06/2016 20:12:23
Je pense que blazco va plutôt aimer, au moins comme moi, c'est-à-dire sans pour autant adorer. Mais c'est un beau film.
-MacGuffin- 29/06/2016 22:05:59
Évitez la bande-annonce qui grille quelques surprises et révèle à peu près 90% du film. Certes, le scénario et les péripéties ne sont pas ce qu'il y a de plus intéressants ici, mais c'est quand même complètement crétin.
Luckyx 02/07/2016 17:49:10
Effectivement ça gâche le beau déroulé de l'histoire.
C'est pas mal quand même ; la tortue et le muet. La Fontaine n'eut pas renié un tel cast :hap:
Melaine 02/12/2016 23:03:16
L'ombre de Mizoguchi plane au-dessus de ce film comme elle plane au-dessus du Vent se lève et du Conte de la Princesse Kaguya, les deux derniers grandes œuvres du studio Ghibli. À la manière du cinéaste japonais, Dudok de Wit semble se placer là où se place la vie, c'est-à-dire à distance, tranquille et immobile. Tout ce qui arrive, les moments de joies comme les instants plus douloureux, sont toujours filmés de la même façon, comme si le drame était avant tout affaire d'homme et n'avait de prise qu'à l'intérieur même du cadre. On se rapproche rarement, et lorsque c'est le cas c'est absolument déchirant. Je pense notamment au plan du fils retrouvant sa mère sur la plage, qui n'est pas sans rappeler une scène semblable de L'Intendant Sanshô, mais je pense aussi et surtout à la scène où l'on nous montre d'abord le fils rêver de la lune avant de voir les deux parents, bien dans le cadre et ne sachant que faire... Où comment redonner ses lettres de noblesse à un procédé aussi souillé que le champ/contre-champ.

Si je n'ai mis "que" 6, note qui peut sembler faible au vu de ce que j'ai dit plus haut, c'est d'abord car le film ne m'a pas touché outre mesure, et aussi car j'ai trouvé la musique et son utilisation absolument catastrophiques, rompant constamment avec la simplicité de l'image et appuyant abusivement l'émotion à coup de violons larmoyants. Je pense d'ailleurs que c'est l'une des raisons pour lesquelles je ne suis jamais rentré complètement dans un film qui avait pourtant tout pour me plaire. Message édité