Douleur et gloire
2019 - 1er - Pedro Almodovar
Le maître du cinéma espagnol, à l'orée de ses 70 ans, réalise un film magnifique, drôle et touchant , sur ce que c'est de vieillir (la maladie) et sur la possibilité de réparer avant de quitter cette vie les erreurs et les injustices que l'on a commises lorsque l'on était plus jeune. Avec, au coeur du film, son double, un personnage totalement inspiré de lui-même et qui a valu à Antonio Banderas d'obtenir le prix d'interprétation à Cannes cette année.
 
Ad Astra
2019 - 2ème - James Gray
Deux ans après le grand The Lost City of Z, James Gray raconte l'épopée dans l'espace qui va permettre à un astronaute sans émotions (Brad Pitt, génial) de retrouver son père misanthrope, disparu aux confins de l'univers, et de résoudre son complexe d'oeudipe. Un voyage psychanalytique qui lui permettra de trouver l'envie de vivre. Un grand film, à la fois spectateur (c'est aussi un film d'aventures spatiales - souvent étranges) et intime.
 
Sibyl
2019 - 3ème - Justine Triet
L'histoire d'une psy et romancière alcoolique (Virginie Efira) qui semble avoir trouvé un certain équilibre dans sa vie mais se laisse embarquer dans une histoire qui la dépasse et ne la regarde pas : alors qu'elle compte abandonner ses analysants pour se consacrer à l'écriture, elle accepte de recevoir une jeunecomédienne (adèle Exarchopoulos) tombée amoureuse et enceinte d'un acteur manipulateur (Gaspard Ulliel). Aussi drôle que la déchirante, une réflexion surprenante sur le réel, la fiction et la réécriture de sa propre vie. Efira au sommet de son génie.
 
Synonymes
2019 - 4ème - Nadav Lapid
Un jeune Israélien, Yoav (Tom Mercier), débarque à Paris sans connaître un traître mot de français et fait la connaissance d'un jeune couple de Parisiens un peu dandys (Louise Chevillotte et Quentin Dolmaire). Pourquoi est-il là ? Pour changer de vie, pour oublier ce pays qui est le sien, qu'il dit haïr. Le portrait en creux du malheur d'être au monde quand on ne s'y sent pas bien.
 
Le Livre d'image
2019 - 5ème - Jean-Luc Godard
Le dernier chef-d'oeuvre à ce jour de Jean-Luc Godard, le plus jeune des vieux cinéastes européens. Le Livre d'image est un film en cinq chapitres, monté, sur le modèle des Histoire(s) du cinéma (notamment ses propres films) et des arts. Godard joue les images, leurs couleurs, leur lumière, leur vitesse, compose une symphonie visuelle et sonore (la bande-originale, suite de couches sonores qui rappelle le sfumato des grands peintres de la Renaissance, est impressionnante). Sa voix comme venue d'outre-tombe, accumule les formules et les citations pour parler de la guerre, de la loi, de l'autre, de l'ailleurs, du couple, de l'impossible innocence, du langage et de l'amour.
 
La Mule
2019 - 6ème - Clint Eastwood
Un nonagénaire ruiné (Eastwood en personne) devient un peu par hasard passeur de drogue pour ce qui va s'avérer être un cartel Mexicain. Personne ne s méfie de ce vieillard blanc qui conduit son van. Mais après avoir remboursé ses dettes, il continue son activité et commence à transporter des quantité de stupéfiants de plus en plus importantes. Un film (Bradley Cooper) commence à le repérer. Le grand retour d'Eastwood à l'écran, dix ans après Gran Torino. Un film sur la solitude d'un homme, dans une Amérique éclatée où les communautés s'observent d'un sale oeil.
 
La Flor
2019 - 7ème - Mariano Llinás
Ce film argentin fleuve (plus de 13 heures) est irracontable. Quatre actrices sont au coeur de cette oeuvre conceptuelle qui met en scène six histoires appartenant à des genres différents - polar, film d'espionnage, comédie musicale, etc. Un film baroque, picaresque, fou, inventif, fortement marqué par l'esprit romanesque, universel et humoristique du grand écrivain argentin Jorge Luis Borges.
 
Once Upon a Time... in Hollywood
2019 - 8ème - Quentin Tarantino
Tarantino ne cesse de réécrire l'histoire à sa sauce. Après avoir inventé sa version de la fin de la seconde guerre mondiale dans Inglourious Bastards, il reconstitue l'assassinat de l'actrice Sharon Tate et le Los Angeles des années 60. Leonardo DiCaprio, en star descendante alcoolique, et Brad Pitt, en cascadeur hyper-sexy devenu compagnon de plaisirs de l'acteur, sont absolument époustouflants.
 
Alice et le maire
2019 - 9ème - Nicolas Pariser
Le maire vieillissant de Lyon (Fabrice Luchini) est en pleine dépression : il n'a plus d'idée. Il a la lubie un peu étrange d'embaucher une normalienne philosophe (Anaïs Demoustier) pour qu'elle lui en trouve. La voilà plongée dans le grand bain de la politique dont elle finit par en comprendre les rouages. Un lien d'amitié naît entre le vieil homme et la jeune femme. Une comédie merveilleusement écrite qui, tout en se moquant du monde politique, ne tombe jamais dans la caricature ou la démagogie.
 
Marriage Story
2019 - 10ème - Noah Baumbach
L'histoire d'un divorce plus vrai que nature entre une actrice californienne (Scarlett Johansson) et son mari metteur en scène de théâtre new-yorkais (Adam Driver). Baumbach décrit avec une précision diabolique les différentes étapes de l'autodestruction d'un couple, quand l'amour et la haine de deux individus intelligents se mélangent pour aboutir à de la bêtise quand les qualités de chacun deviennent des défauts que le système juridique s'empare de l'intime pour s'en repaître (financièrement). Un film poignant (voire bergmanien), mais aussi parfois très drôle et tendre, interprété avec grandeur par deu immenses acteurs.
 
Parasite
2019 - 11ème - Bong Joon-ho
 
Midsommar
2019 - 12ème - Ari Aster
 
Traîné sur le bitume
2019 - 13ème - S. Craig Zahler
 
The Irishman
2019 - 14ème - Martin Scorsese
 
Un grand voyage vers la nuit
7.23
39
2019 - 15ème - Bi Gan
 
Le Traître
2019 - 16ème - Marco Bellocchio
 
Une fille facile
2019 - 17ème - Rebecca Zlotowski
 
Glass
2019 - 18ème - M. Night Shyamalan
 
Ne croyez surtout pas que je hurle
2019 - 19ème - Frank Beauvais
 
Chambre 212
2019 - 20ème - Christophe Honoré



 
Leto
2018 - 1er - Kirill Serebrennikov
Cette histoire de jeunes rockers russes à l’époque d’une URSS au crépuscule a bouleversé notre année ciné. Réalisé par Kirill Serebrennikov, actuellement assigné à résidence à Moscou, Leto et son noir et blanc de satin pense la musique comme un formidable instrument d’émancipation.
 
Mektoub My Love : Canto Uno
2018 - 2ème - Abdellatif Kechiche
Eté 1994. Dans la ville de Sète, des adolescents écument les bars et se saoulent de lumière sur la plage. Au contact de la caméra fiévreuse de Kechiche, les corps s’exaltent, le temps se dilate en de longs plans-séquences où s’engouffre la parole marivaudienne.
 
Pentagon Papers
2018 - 3ème - Steven Spielberg
Dans les coulisses du Washington Post des années 1960, Spielberg nous conte l’histoire de la publication des Pentagon Papers, documents secrets révélant l’implication politique et militaire des Etats-Unis au Vietnam. Un formidable plaidoyer pour la liberté d’expression aux fortes connotations féministes.
 
Plaire, aimer et courir vite
2018 - 4ème - Christophe Honoré
Sur fond de découverte du sida, les personnages de Christophe Honoré se croisent, se manquent parfois, mais tentent de vivre à tout prix. Mélodrame pudique, le film de Christophe Honoré est aussi une ode à la jouissance nimbée de cold wave et de house music.
 
Mes provinciales
2018 - 5ème - Jean-Paul Civeyrac
Le jeune Etienne, originaire de Lyon, monte à Paris pour suivre des études de cinéma à l’université Paris-VIII. Ses rencontres avec d’autres passionné(e)s de cinéma, et les discussions qui s’ensuivent, jalonnent son parcours sentimental. Une œuvre d’initiation filmée dans un noir et blanc envoûtant.
 
High Life
2018 - 6ème - Claire Denis
Un groupe de criminels condamnés à mort acceptent de devenir les cobayes d’une mission spatiale vouée à expérimenter de nouveaux modes de reproduction. En visionnaire, Claire Denis subvertit les codes de la science-fiction pour déployer les images sidérantes d’une humanité à la dérive.
 
The House That Jack Built
2018 - 7ème - Lars von Trier
Après Nymphomaniac et Melancholia, Lars von Trier découpe une nouvelle fois son récit sous la forme d’un portrait, cette fois-ci d’un serial killer architecte monomaniaque. En plus d’être drôle, et porté par un Matt Dillon en clown mortuaire, The House that Jack Built est une somme des obsessions du cinéaste.
 
En liberté !
2018 - 8ème - Pierre Salvadori
Découvrant que son époux défunt était un policier véreux, Yvonne entreprend de réparer les vies brisées qu’il a laissées sur son passage. La grâce verbale de Pierre Salvadori est au service de ses personnages, à la recherche d’une rédemption qu’ils trouveront par l’imagination.
 
Seule sur la plage la nuit
2018 - 9ème - Hong Sang-soo
Entre Hambourg et la Corée du Sud, une actrice de cinéma attend son amant, un homme marié, et se questionne sur les implications de cet amour fragile. Le portrait subtil d’une solitude féminine que Hong Sang-soo dissèque à travers de longs plans nébuleux.
 
Les Garçons sauvages
2018 - 10ème - Bertrand Mandico
Placé sous le signe des libérations des genres et des formes, Les Garçons sauvages, premier long métrage de Bertrand Mandico, est une expérience sensorielle
et antinaturaliste à mi-chemin entre La Carte au trésor et La Planète sauvage. Un équilibre entre création et inspiration à la fois pulp et poétique.



 
120 battements par minute
2017 - 1er - Robin Campillo
Malgré une Palme d'or ratée de peu, 120 battements par minute fut le choc émotionnel du dernier Festival de Cannes et de l'année tout court. Pour son troisième long métrage, Robin Campillo infiltre le quotidien, au début des années 1990, d'Act Up, cette association militante de lutte contre le sida animée par une bande de jeunes gens aux vies tragiquement écourtées. En plaçant en son coeur la parole et la vitalité des corps, 120 BPM s'offre surtout comme un idéal de démocratie élaboré par de jeunes résistants.
 
Certaines femmes
2017 - 2ème - Kelly Reichardt
Une avocate et son client, attachant mais encombrant; une mère de famille prête à construire la maison de ses rêves ; une jeune prof obligée de rouler la nuit pour donner des cours dans le patelin voisin et une fermière solitaire éprise de cette dernière. À travers ces quatre destins, éparpillés dans les paysages arides d'une même bourgade états-unienne, Kelly Reichardt fait des plus infimes tracas quotidiens de sublimes épopées romanesques dignes de n'importe quel western.
 
Le musée des merveilles
2017 - 3ème - Todd Haynes
En 1927, une fillette sourde s'enfuit de chez elle et rejoint New York. Cinquante ans plus tard, un petit garçon en cavale, devenu sourd par accident, découvre lui aussi avec émerveillement le brouhaha coloré des rues de cette ville. Aussi calfeutré que l'intérieur réconfortant d'un curieux musée et que l'ouïe limitée de ses personnages, Le Musée des merveilles fait du parcours émancipatoire de ses jeunes héros une réflexion sur l'imaginaire où la ville n'est autre qu'un refuge à ciel ouvert.
 
Les fantômes d'Ismaël
2017 - 4ème - Arnaud Desplechin
Avec Les Fantômes d'Ismaël, Arnaud Desplechin ressuscite les motifs chers à son cinéma, émiettant ici et là autant de fragments cinéphiles et littéraires qu'autobiographiques. En partant d'une intrigue de roman de gare hautement hitchcockienne (une femme disparaît puis resurgit miraculeusement des années plus tard), le cinéaste tisse un récit fait de multiples intrigues autour de son éternel et farouche héros, Paul Dédalus, qui après les affres de la jeunesse (Trois souvenirs de ma jeunesse, en 2015) est confronté aux souvenirs du passé.
 
Yourself and Yours
2017 - 5ème - Hong Sang-soo
Pour errer en ville comme bon lui semble, So Min-jung s'invente (ou est-ce vrai ?) une soeur jumelle. Une fantaisie gage de sa liberté, qui lui permet d'esquiver à la fois les rencontres embarrassantes et les reproches de son petit copain. Comme souvent chez HSS, les images et leurs reflets ne sont jamais vraiment figés et on ne sait pas trop si ce qui se (re)joue sous nos yeux est autre chose que le fruit de m'imaginaire des personnages. Avec Yourself and Yours, le cinéaste - qui n'a jamais fait que reproduire les mêmes motifs et en offrir leurs réjouissantes variantes - atteint un niveau d'épure absolu.
 
Good Time
2017 - 6ème - Ben Safdie
Connie (Robert Pattinson, génial), un voyou instable et nerveux, prépare un casse avec son frère handicapé mental, Nick (Benny Safdie dont le visage fascine). Les choses se passent mal : Nick est arrêté et Connie cherche tous les moyens de le sortir. Après Mad Love in New York, les frères Safdie poursuivent leurs explorations des bas-fonds new-yorkais (côté Queens) et filment la course effrénée de leur personnage à la manière d'un thriller psychédélique.
 
Un jour dans la vie de Billy Lynn
2017 - 7ème - Ang Lee
Loué pour sa prouesse technique inédite (120 images par seconde au lieu de 24), le film d'Ang Lee n'aura malheureusement pas connu les honneurs du box-office français. Il est pourtant l'un des films les plus fascinants de son temps et conte l'éternel (non-)retour d'un escadron militaire dont fait partie Billy Lynn, un jeune garçon au visage de poupon devenu héros national après avoir accompli avec brio une dangereuse mission en Irak. En multipliant la cadence d'image, Ang Lee compose un film où la fluidité inquiétante des matières n'est que le reflet irréel de la starification obscène du petit soldat.
 
Un Beau soleil intérieur
2017 - 8ème - Claire Denis
Un beau soleil intérieur est à n'en pas douter le film le plus drôle de Claire Denis, dont on ignorait jusque-là la verve comique. Écrit avec Christine Angot et inspiré de véritables histoires de ses auteures, le film suit les affres d'une quinquagénaire en quête de l'amour absolu. Juliette Binoche, naviguant avec une habileté déconcertante des rires aux sanglots d'une petite fille blessée, y est tout simplement hallucinante de drôlerie et de sensualité.
 
Barbara
2017 - 9ème - Mathieu Amalric
Brigitte (Jeanne Balibar) doit incarner la célèbre dame en noir dans un biopic réalisé par un cinéaste (Mathieu Amalric) aussi obnubilé par l'icône que par son interprète. Avec Barbara, Amalric déconstruit tous les codes classiques que l'on prête au genre de la biographie filmée. En jouant sur le brouillage identitaire de ces doubles perdus entre deux régimes d'images (archive et fiction), il questionne la puissance de celles-ci, leur porosité comme leur force d'incarnation.
 
The Lost City of Z
2017 - 10ème - James Gray
En explorant son cinéma dans l'immensité amazonienne, James Gray s'aventure à la manière de son héros, le colonel anglais Percy Fawcett (Charlie Hunnam), dans une contrée encore inexplorée dans sa filmo : le film d'aventures. Sans consentir au spectaculaire qu'on attribue au genre, le cinéaste, toujours habité par les mêmes obsessions, fait de ces péripéties exotiques et dangereuses une épopée mystique où il est, comme toujours, question de filiation et de quête identitaire.
 
Logan
2017 - 11ème - James Mangold
 
Split
2017 - 12ème - M. Night Shyamalan
 
Logan Lucky
2017 - 13ème - Steven Soderbergh
 
La villa
2017 - 14ème - Robert Guédiguian
 
Le Jour d'après
2017 - 15ème - Hong Sang-soo
 
Sayonara
2017 - 16ème - Koji Fukada
 
The Edge of Seventeen
2017 - 17ème - Kelly Fremon Craig
 
Jeannette
2017 - 18ème - Bruno Dumont
 
Get Out
2017 - 19ème - Jordan Peele
 
Belle Dormant
2017 - 20ème - Adolfo Arrieta

Twin Peaks: The Return
2017 - Hors-concours - David Lynch



 
Elle
2016 - 1er - Paul Verhoeven
Le Hollandais violent s'empare d'un roman de Philippe Djan pour dynamiter de l'intérieur le cinéma français, ses tics et ses fantasmes. Michèle est violée par un homme cagoulé avec lequel elle va nouer une relation trouble, faite de désir et de manipulation. Ce film délicieusement amoral, à la mise en scène d'une virtuosité éblouissante, bondit du rire à l'obscène et du sexe à la violence, magnétisé par une Isabelle Huppert toute en ambiguïté fantasque, qui règne en majesté sur ce classement.
 
Victoria
2016 - 2ème - Justine Triet
Justine Triet réussit à insuffler un vent de fraîcheur dans le paysage de la comédie française, en alliant les codes les plus classiques du genre à une contemporanéité des figures et des motifs qu'elle tisse. Virgine Efira est épatante en avocate en plein néant sentimental, tiraillée entre un ex encombrant, un amant baby-sitter et dealer repenti, et un ami manipulateur accusé de meurtre. La chimie interne des personnages se détraque subtilement en des effluves tour à tour dépressifs et hilares, pour notre plus grand plaisir.
 
Un jour avec, un jour sans
2016 - 3ème - Hong Sangsoo
Le cinéma volubile et vagabond d'Hong Sangsoo atteint d'une forme limite dans l'épure narrative, tout en déjouant le piège du film théorique. En rejouant deux fois, avec d'infimes changements, la rencontre et le flirt maladroit entre un réalisateur un brin prétentieux et une jeune peintre énigmatique, le cinéaste opère une radiographie subtile des sentiments humains. Sous le patronage d'un bouddha bienveillant, le récit se dédouble en miroir déformant, la parole se module et les corps se dérèglent, les affects se colorent par des micromouvements vaporeux mais pourtant cruciaux.
 
Aquarius
2016 - 4ème - Kleber Mendoça Filho
Recife, sur la côte brésilienne. Clara, sexagénaire, vit seule dans l'Aquarius, immeuble vide en proie à des promoteurs véreux. Dans ce film de résistance qui allie les sous-texte politique à un lyrisme envoûtant, l'actrice Sônia Braga dresse son personnage contre les agents et le relents du capitalisme le plus cynique.
 
Rester vertical
2016 - 5ème - Alain Guiraudie
Léo, scénariste en panne d'inspiration et pleine crise existentielle, quitte sa pénible route pour s'aventurer sur des chemins tortueux. Guiraudie prend le contre-pied de L'inconnu du lac pour livrer un film foisonnant à l'ambition claire : face à la tempête d'inconsistance de nos vies, apprendre à tenir debout.
 
Kaili Blues
6.74
25
2016 - 6ème - Bi Gan
Un médecin solitaire part à la recherche de son neveu. Son trajet prend la forme d'une ligne sinueuse et somnambulique qui subvertit l'espace et le temps, rongée autant par la mélancolie que par la fantasmagorie. Un geste de cinéma d'une virtuosité et d'une puissance rares.
 
Toni Erdmann
2016 - 7ème - Maren Ade
La grande surprise de cette année est venue d'Allemagne et nous a plongé dans le tumulte d'une relation père-fille conflictuelle haute en couleur. Le film égratigne par de grands éclats de rire une Europe individualiste et néolibérale qui ne prête décidément pas à sourire.
 
L'Ornithologue
2016 - 8ème - João Pedro Rodrigues
Joao Pedro Rodrigues aurait pu être ornithologue. Pour fantasmer ce destin jamais exploré, il en confond les contours avec celui de saint Antoine de Padoue et incarne des êtres multiples dans le corps de l'acteur français Paul Hamy. Le film déploie un imaginaire poétique et érotique pour construire une rêverie vertigineuse.
 
Nocturama
2016 - 9ème - Bertrand Bonello
Des jeunes gens préparent des attentats coordonnés aux quatre coins de Paris. Réfugiés dans un grand magasin endormi, ils attendent et mesurent les conséquences de leur geste. Bertrand Bonello fait le choix de l'allégorie esthétisée pour matérialiser l'océan de frustrations de la jeunesse d'aujourd'hui.
 
L'avenir
2016 - 10ème - Mia Hansen-Love
En composant ce personnage de professeure de philosophie confrontée à une liberté nouvelle aussi terrifiante que grisante, la cinéaste offre à Isabelle Huppert un écrin à la mesure de son jeu, d'une force imprévisible comme d'une touchante fragilité. S'esquisse le portrait d'un être plongé dans la tourmente intime d'un monde qui s'effondre : le sien.
 
Manchester by the Sea
2016 - 11ème - Kenneth Lonergan
 
Midnight Special
2016 - 12ème - Jeff Nichols
 
The Assassin
2016 - 13ème - Hou Hsiao-hsien
 
Julieta
2016 - 13ème - Pedro Almodóvar
 
Carol
2016 - 15ème - Todd Haynes
 
Les Huit Salopards
2016 - 16ème - Quentin Tarantino
 
Everybody Wants Some!!
2016 - 17ème - Richard Linklater
 
Homeland : Irak année zéro
2016 - 18ème - Abbas Fahdel
 
Juste la fin du monde
2016 - 19ème - Xavier Dolan
 
Ce sentiment de l'été
2016 - 20ème - Mikhaël Hers



 
Cemetery of Splendour
2015 - 1er - Apichatpong Weerasethakul
Jamais encore le cinéaste thaïlandais ne s'était hissé à la première place. C'est chose faite : Cemetery of splendour s'impose au sommet de 2015. À partir d'un argument minimal, des soldats mystérieusement endormis dans las salle commune d'un hôpital de campagne, Weerasethakul, véritable chaman du 7ème art déploie un cinéma sensible et prodigieusement onirique. Sublime.
 
Mad Max : Fury Road
2015 - 2ème - George Miller
Trente ans après Mad Max 3, George Miller, soixante-dix années au compteur, renoue avec sa saga fétiche dans le bruit et la fureur. Si Tom Hardy remplace Mel Gibson dans le rôle titre, la saga n'a rien perdu de son élan formel dévastateur. En étirant à l'infini le motif de la course-poursuite, Miller signe avec Mad Max - Fury Road un joyau pyrotechnique sans précédent et donne au cinéma d'action une définition résolument moderne. Un tour de force.
 
Trois souvenirs de ma jeunesse
2015 - 3ème - Arnaud Desplechin
Un anthropologue d'une quarantaine d'années revient en France après une longue absence. Il se remémore dans scènes de sa jeunesse : son enfance à Roubaix, ses 16 ans auprès de son père, veuf et inconsolable, une improbable mission clandestine en URSS... Derrière son dispositif proustien Trois souvenirs de ma jeunesse est avant tout le portrait sensible d'un homme, brossé à travers les épisodes romanesques et romancés de sa vie. Un hymne à la jeunesse touchant et captivant
 
It Follows
2015 - 4ème - David Robert Mitchell
Dans une Amérique pavillonnaire, de jeunes gens sont traqués par un monstre invisible à tous, sauf à sa proie. Seule manière d'y échapper coucher avec quelqu'un qui sera à son tour traqué. Film d'horreur languide, It Follows distille ses influences (John Carpenter en tête) tout en inventant sa propre forme.
 
Les Mille et Une Nuits : Volume 3, L'enchanté
2015 - 5ème - Miguel Gomes
Ce triptyque cinématographique incroyable dresse sur plus de six heures l'état des lieux politique et poétique du Portugal à l'heure de la crise financière. À mi-chemin entre conte philosophique et fable naturaliste, Les Mille et une nuit est une plongée envoûtante dans une époque troublée.
 
Vice-versa
2015 - 6ème - Pete Docter
Après avoir insufflé des émotions à des jouets, des robots et des voitures, Pixar relève le défi de donner des émotions à... des émotions. Vice-Versa se déroule dans la tête de la petite Riley, 11 ans, et donne la parole à ses affects. Un dispositif narratif retors qui permet d'appréhender avec humour et subtilité les conflits intérieurs d'une jeune fille au seuil de l'adolescence.
 
Jauja
2015 - 7ème - Lisandro Alonso
Film planant et atmosphérique, Jauja renvoie Viggo Mortensen au fin fond de la Patagonie durant la prétendue conquête du désert danoise du XIXè siècle, qui fut en réalité une campagne génocidaire contre la population. Alonso signe un film enivrant, sorte de western élégiaque à la prodigieuse empreinte formelle.
 
Hill of Freedom
2015 - 8ème - Hong Sangsoo
Mori, un trentenaire japonais se rend à Séoul pour retrouver la femme qu'il aime, mais cette dernière est introuvable. Esseulé, Mori s'installe dans un hôtel où il fera de nombreuses rencontres. À partir de cet argument minimal, le génial Hong Sangsoo laisse libre cours à son cinéma, mélancolique et joyeux, pour un film aussi délicat que puissant.
 
The Smell of Us
2015 - 9ème - Larry Clark
Paris. De jeunes lycéens passent le plus clair de leur temps à squatter derrière le palais de Tokyo, où ils côtoient l'art sans vraiment le voir. Alcool, drogue et sexe sont leur recours pour fuir l'univers asphyxiant de leur milieu social et familial. Larry Clark au sommet de sa fureur désirante.
 
Mia madre
2015 - 10ème - Nanni Moretti
Rongée par des affaires familiales, une réalisatrice doit faire front pour assurer le tournage de son film. Une plongée bouleversante et sans filtre dans l'esprit tortueux de Moretti. Avec une performance de John Turturro aussi réjouissante qu'inédite.
 
Revolution Zendj
2015 - 11ème - Tariq Teguia
 
Le dos rouge
2015 - 12ème - Antoine Barraud
 
Foxcatcher
2015 - 13ème - Bennett Miller
 
Au-delà des montagnes
2015 - 14ème - Jia Zhangke
 
The Visit
2015 - 15ème - M. Night Shyamalan
 
La Sapienza
2015 - 16ème - Eugène Green
 
L'ombre des femmes
2015 - 17ème - Philippe Garrel
 
Vincent n'a pas d'écailles
2015 - 18ème - Thomas Salvador
 
Fatima
2015 - 19ème - Philippe Faucon
 
Hacker
2015 - 20ème - Michael Mann
 
Out 1 : Noli me tangere
2015 - Hors Concours - Jacques Rivette




 
Saint Laurent
2014 - 1er
Bertrand Bonello
La vie d'Yves-Saint Laurent fantasmé par Bertrand Bonello : un voyage quasi-spatio-temporel au coeur d'un des mythes absolus de la seconde moitié du XXème siècle. Une apnée sublime dans le psychisme en friche d'un esprit à la torture.
 
Adieu au langage
2014 - 2ème
Jean-Luc Godard
À 84 ans, toujours sur la brèche, Godard réalise le film le plus innovant de cette année, tourné en 3D comme personne n'a jamais tourné en 3D (avec des décalages de caméra qui rendent l'image floue). Plein d'humour, l'ermite suisse y dresse principalement l'autoportrait de l'artiste et son chien. Ça ne ressemble à rien d'autre de connu au cinéma.
 
Under the Skin
2014 - 3ème
Jonathan Glazer
Une jeune femme très belle (Scarlett Johansson) séduit des hommes, puis les entraîne dans un endroit étrange où on les débarrasse de leur peau. Mais un jour elle rencontre un homme qui ne la désire pas. Troublée, elle vient de percer sans le savoir la pellicule de l'humanité. Un film de science-fiction, une méditation sur le désir.
 
Only Lovers Left Alive
2014 - 4ème
Jim Jarmusch
Un couple de vieux vampires rock'n'roll (Tom Hiddleston et la sublime Tida Swinton) vivent reclus dans leur appartement et leurs souvenirs de jeunesse. Un film incroyable, nostalgique, classe, magique... et sans doute encore un autoportrait déguisé de Jarmusch.
 
Sils Maria
2014 - 5ème
Olivier Assayas
Une actrice célèbre (Juliette Binoche, fabuleuse) se voit proposer le rôle de ma mère dans la pièce qui l'avait fait connaître quand elle était jeune, mais dans le rôle de la fille... Une poétique, délicate et mystérieuse méditation sur le temps qui passe par la mort. Le plus beau film de son auteur.
 
The Grand Budapest Hotel
2014 - 6ème
Wes Anderson
Les mémoires délirants du concierge du "fameux" palace alpin. Le film le plus explicitement comique et le plus déchirant du dandy Wes Anderson, avec sa fascination émouvante pour les maisons de poupées, les contes et les comédies Mitteleuropa lubitschiennes.
 
Eden
2014 - 7ème
Mia Hansen-Love
Toutes les vies ont leur éden. Un moment de grâce, d'apesanteur où tout le semble nous porter. La vie en bande, le premier élan ascensionnel, un amour de jeunesse. Comme survivre à ces paradis perdus. C'est toute l'équation douloureuse que pose le film bouleversant de Mia Hansen-Love.
 
Maps to the Stars
2014 - 8ème
David Cronenberg
La version Cronenbergienne et contemporaine des Ensorcelés de Vincente Minnelli, un portrait âpre de l'Hollywood aujourd'hui avec ses monstres d'égotisme (Julianne Morre, en star sur le retour, est extraordinaire) ses parents escrocs et ses enfants mal élevés à qui la société du spectacle ne propose aucun avenir.
 
Edge of Tomorrow
2014 - 9ème
Doug Liman
Un mythe au cinéma doit-il pour ne pas s'éroder son statut réendosser toujours le même rôle, revivre toujours les mêmes histoires ? Enième film SF high-tech de Tom Cruise, Edge of Tomorrow met aussi en abyme le parcours sisyphéen de la star avec cette fiction façon Un Jour sans Fin qui n'avance qu'en boucle. Petits frissons théoriques garantis.
 
Mille soleils
2014 - 10ème
Mati Diop
Il y a quarante ans, Magaye Niang était acteur. Aujourd'hui, il garde des vaches. Mais le film dans lequel il a joué va être projeté... Mati Diop rend hommage à son oncle, le cinéaste Djibril Diop Mambéty, auteur d'un film mythique intitulé Touki Bouki. Entre documentaire et fiction, un film tendre et intelligent.
 
Her
2014 - 11ème
Spike Jonze
Plus ambitieux et talentueux que jamais, Spike Jonze a réussi son retour avec cette fable à peine futuriste qui explore la frontière entre la chair et le virtuel. Un objet filmique aussi émouvant et séduisant que ludiquement grave et humblement novateur.
 
Le Vent se lève
2014 - 12ème
Hayao Miyazaki
Film le plus personnel du cinéaste japonais, Le Vent se lève, également annoncé comme son dernier film en tant que réalisateur, est inspiré de la vie de l'ingénieur en aéronautique qui inventa les fameux bombardiers, Mitsubishi A6M. Plus réaliste que ses précédents films, il n'en est pas moins dénué d'une poésie portée par l'animation d'un Myazaki au sommet de son art.
 
Bande de filles
2014 - 13ème
Céline Sciamma
De la famille à la bande, de l'école à la rue, Céline Sciamma suit une jeune fille en quête d'émancipation dans un récit d'apprentissage fulgurant. Un film à la ligne claire qui se place pile-poil au coeur des prurits qui démangent une partie de la société française.
 
Pasolini
2014 - 14ème
Abel Ferrara
La dernière journée de sulfureux réalisateur italien vue par Abel Ferrara. Entre la triviale banalité du quotidien de cette journée et la gravité de sa conclusion, le film déploie une atmosphère envoutante et émouvante sans tomber dans le pathos, avec un Willem Dafoe d'une justesse impressionnante.
 
Interstellar
2014 - 15ème
Christopher Nolan
Film vertigineux dans tous les sens du terme, Interstellar nous plonge dans la conquête de l'espace sur fond de liens familiaux sacrifiés. Christopher Nolan y exerce plus que jamais son attrait pour le spectaculaire, la distorsion du temps et de l'espace, ainsi que pour le retournement final renversant.
 
L'institutrice
2014 - 16ème
Nadav Lapid
Dans un film nimbé d'une légère étrangeté à tous niveaux, Nadav Lapid suit la relation ambivalente d'une instit et d'un élève surdoué. En faisant flotter les repères, le réalisateur filme son "couple" comme une petite machine poétique faisant progressivement sécession avec une société soumise à la vulgarité consumériste.
 
Abus de faiblesse
2014 - 17ème
Catherine Breillat
Catherine Breillat signe un grand film de manipulation inspiré par ses déboires avec l'arnaqueur de célébrités Christophe Rocancourt. Pour tisser cette toile, la réalisatrice renoue avec son habituelle sécheresse de mise en scène, montage acéré et coupes au couteau. Tranchant comme une pulsion suicidaire.
 
Les combattants
2014 - 18ème
Thomas Cailley
Après s'être évadés d'un camp d'entrainement militaire trop facile à leur goût, deux jeunes tentent de vivre coupés du monde, avec les ressources que la nature leur offre. Entre comédie romantique, chronique provinciale et film d'aventure,Thomas Cailley signe un magnifique premier long-métrage. Une joyeuse apocalypse.
 
The Canyons
2014 - 19ème
Paul Schrader
Plongée sombre dans l'enfer d'Hollywood et film quasi-autobiographique sur Lindsay Lohan en princesse déchue, The Canyons est centré sur le couple formé par cette dernière et James Deen, star du porno américain. Entre fric, sexe, jalousie et drogues, il dresse, à travers ce couple, le portrait d'une ville où le cinéma est mort et presque enterré.
 
Gone Girl
2014 - 20ème
David Fincher
Sous les atours d'un thriller sophistiqué à la réalisation olympienne, David Fincher orchestre une farce cruelle et horrifique sur le mariage comme enfer. Le cinéaste réaffirme son credo : le monde est une mise en scène, une illusion, à laquelle rien n'échappe.





 
L'inconnu du lac
2013 - 1er
Alain Guiraudie
L'évidence souveraine d'une année de cinéma traversée par toutes les sexualités, renvoyés ici au primal, dans une rumeur aquatique et forestière détachée de tout - une forêt où l'on baise, une plage où l'on parle, un lac où l'on meurt : un îlot d'existences nues, aussi virginal dans la nature et les corps que dans la limpidité de son cinéma.
 
Haewon et les hommes
2013 - 2ème
Hong Sang soo
Haewon est à la fois portrait de jeune femme et portrait du masculin, collision amusée entre la veulerie des hommes et la liberté naïve de Jeong Eun-Chae : un an après Isabelle Huppert dans In Another Country, une nouvelle femme-colibri pour le cinéma drôle et mélancolique, simple et complexe d'Hong Sangsoo.
 
La Vie d'Adèle - Chapitres 1&2
2013 - 3ème
Abdellatif Kechiche
La Palme d'or a dressé avec majesté les contours d'un grand film d'amour contemporain, déployant sur trois heures la naissance d'une actrice déjà majeure (Adèle Exarchopoulos), sertie dans de regard plus charnel que jamais d'Abdellatif Kechiche : une grande oeuvre pour le siècle naissant.
 
Cloud Atlas
2013 - 4ème
Andy et Lana Wachowski
Le grand blockbuster malade de l'année est signé Andy et Lana Wachowski, dans une démesure d'époques et de genres : un transcendantalisme qui superpose, par le grimage des acteurs, le polar seventies, la SF postapocalyptique, le mélo en costumes ou la comédie british.
 
Les rencontres d'après minuit
2013 - 5ème
Yann Gonzalez
Collage onirique d'une galaxie de culture pop, de sensualité crue, d'artifices fous, le premier long de Yann Gonzalez parvient à faire germer une magistrale galerie de rêves et d'histoires, pétrifiés par la mort et enchantées par le sexe, autour d'une énigmatique partouze dans un appartement bourgeois.
 
A Touch of Sin
2013 - 6ème
Jia Zhangke
Jia Zhangke fragmente la choralité de son cinéma en mêlant quatre destins dissémines dans la Chine contemporaine, de la campagne désolée aux villes tentaculaires. Une oeuvre dévouée aux laissés-pour-compte de l'Empire du milieu qui éclot dans hommage incendiaire aux films de sabre
 
Inside Llewyn Davis
2013 - 7ème
Joel & Ethan Coen
Dans une vision enneigée, onirique, presque fossile du New York des 6Os, Inside Llewyn Davis réinvente le film folk comme un espace de pure mélancolie, traversé de fantômes et de totems (un chat inoubliable), pour ce qui restera peut-être comme le film le plus voluptueux des frères Coen.
 
Shokuzai - Celles qui voulaient oublier
2013 - 8ème
Kiyoshi Kurosawa
 
Shokuzai - Celles qui voulaient se souvenir
2013 - 8ème
Kiyoshi Kurosawa
Un diptyque aussi brutal que spectral, naviguant dans les eaux troubles de l'innocence perdue et de la mémoire refoulée. Le destin de cinq femmes perdues dans le contemporain, poursuivies par le souvenir maudit d'une amie d'enfance violée et tuée, et dont la terrifiante mère les hante jusqu'à pénitence.
 
Zero Dark Thirty
2013 - 9ème
Kathryn Bigelow
Comme un point final pour l'après 11 Septembre, Zero Dark Thirty assèche le film de guerre jusqu'à l'aridité absolue, dans un récit à la force brute, porté par la puissance de jeu de Jessica Chastain, qui propose une prestation d'une rare intensité : une détermination quasi inhumaine, au-delà du film politique.
 
La jalousie
2013 - 10ème ex aequo
Philippe Garrel
Une écriture fluide et dépouillée, des émotions présentées dans leur forme la plus nue, un rapport souverain et décanté à la relation autobiographique, un Louis Garrel parfait et une Anna Mouglalis réinventée : un nouveau très beau chapitre à l'époque de l'intime garrelienne.
 
Frances Ha
2013 - 10ème ex aequo
Noah Baumbach
Chambre d'écho de Woody Allen (époque Diane Keaton) autant que de Leos Carax, la messe indie de l'année appelle à elle toutes les égéries de la culture hipster new-yorkaise (l'irrésistible Greta Gerwig, mais aussi Adam Driver) pour accoucher d'un loser-movie drôle, charmeur et élégant, et donc incontournable.
 
Tip Top
2013 - 12ème
Serge Bozon
 
La bataille de Solférino
2013 - 13ème
Justine Triet
 
Promised Land
2013 - 14ème
Gus Van Sant
 
Passion
2013 - 15ème
Brian De Palma
 
La fille de nulle part
2013 - 16ème
Jean-Claude Brisseau
 
Lincoln
2013 - 17ème
Steven Spielberg
 
Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines)
2013 - 18ème
Arnaud Desplechin
 
Spring Breakers
2013 - 19ème
Harmony Korine
 
The Immigrant
2013 - 20ème
James Gray





 
Holy Motors
2012 - 1er
Leos Carax
Parfois, comme une fronde lancée à la gueule de l'uniforme et du tiède, un film se démarque, sabote les certitudes et laisse à l'oeil une impression inédite. Pour son cinquième long métrage en trente ans, Leos Carax déroule ainsi les errances hallucinées d'un homme (sidérant Denis Lavant !), la multiplicité de ses visages. Et chante en creux - poète visuel - son amour pour le cinéma
 
Tabou
2012 - 2ème
Miguel Gomes
Écho et prolongement du film du même nom de Murnau (1931), le troisième long métrage du Portugais Miguel Gomes explore, mutique et sublime, l'amour, ses soubresauts, les sacrifices qu'il exige, sa persistance à travers les âges. Sans emphase, la romance dépeinte pénètre le champ le plus vaste de l'histoire, lui-même fondé sur les destins singuliers qui s'y meuvent. Une fresque bouleversante.
 
In Another Country
2012 - 3ème
Hong Sang soo
Triptyque gracile hanté par le charme et la légèreté d'Isabelle Huppert, sorte de concerto en trois mouvements juché au creux d'une station balnéaire coréenne morte d'ennui, l'ensemble déploie l'idée d'une existence pareille à un voyage, et du pouvoir de la fiction à bouleverser le réel. Une excursion hors temps et hors clichés, à suivre sans hésiter.
 
Twixt
2012 - 4ème
Francis Ford Coppola
Objet composite, bricolé autant que virtuose sarcastique et profondément noir, Twixt exhale sous ses apparences de thriller gothique des relents d'Amérique en fin de course. À l'image de cet écrivain loser (Val Kilmer) boursouflé par l'alcool et obsédé par une seule phrase, le pays souffre, enlisé dans la répétition du même et incapable de renouveler sa propre mythologie. Coppola résiste, et livre ce film libérateur.
 
Damsels in Distress
2012 - 5ème
Whit Stillman
Après les milieux fortuunés new-yorkais, l'Espagne et le disco, le trop méconnu Whit Stillman s'empare de la vie d'un campus universitaire. Gorgé de règles ancestrales et de bonnes manières, ce petit monde risque d'imploser sous la menace de la fureur extérieure et par son manque d'adaptation. Certes, la décadence guette, les valeurs s'effondrent, mais Stillman, précis et raffiné, échappe avec brio au chaos ambiant.
 
4h44 Dernier Jour sur Terre
2012 - 6ème
Abel Ferrara
Via les failles et obsessions de cellules humaines délimitées, scruter et peindre l'universel. À l'instar de Melancholia de Lars von Trier, Ferrara saisit l'ampleur d'une époque, en traque les ombres par le recours à l'intime et au singulier. Soit un acteur et une peintre, un amour, des relations, des images, et la fin du monde, imminente. Un projet crépusculaire, une réussite totale en cette année apocalyptique.
 
Camille redouble
2012 - 7ème
Noémie Lvovsky
Les adultes sont-ils des enfants qui ont mal tourné ? De la gueule de bois d'une qudra à l'ivresse adolescente, l'itinéraire à rebours de Camille (Noémie Lvovsky) interroge une existence qui, par lâcheté et à mesure de rencontres, s'est métamorphosée. Quête identitaire, franchissement du miroir : une Alice en somme, égarée au pays de son intime, pour mieux se retrouver.
 
Looper
2012 - 8ème
Rian Johnson
Aux refrains crépusculaires et factices ressassés par les blockbusters en vogue (The Dark Knight Rises, Skyfall), Looper oppose une vivacité et une musicalité neuves. Ici, les barrières temporelles implosent, les identités se confondent, les visages se brouillent. Victimes et complices, héros et salauds : les distinctions ordinaires n'opèrent plus dans cette intrigue dense, aussi complexe et passionnante que l'existence elle-même.
 
Un monde sans femmes
2012 - 9ème
Guillaume Brac
L'été à Ault, station balnéaire picarde. Un homme timide et un peu gauche loue son appartement à deux femmes (une quadra et une fille ado). Ajoutez au groupe un flic beauf et l'ensemble se mue en quatuor animé par la musique des sentiments et les jeux de séduction. Un très beau premier moyen métrage, à la croisée de Rohmer et de Jacques Rozier.
 
L'âge atomique
2012 - 10ème
Héléna Klotz
L'adolescence, ses névroses, sa soif de vivre, sa fragilité, sa vitalité, sa mélancolie. Pour son premier film, Héléna Klotz est parvenue, à travers les errements nocturnes de deux garçons, à rendre la complexité de ce moment si particulier de l'existence. Un tiraillement perpétuel déjà palpable dès le titre, emprunt à Elli et Jacno, chantres d'une modernité désenchantée.
 
Take Shelter
2012 - 11ème
Jeff Nichols
 
L'été de Giacomo
2012 - 12ème
Alessandro Comodin
 
The Day He Arrives (Matins calmes à Séoul)
2012 - 13ème
Hong Sang soo
 
Barbara
2012 - 14ème
Christian Petzold
 
Fengming, chronique d'une femme chinoise
2012 - 15ème
Wang Bing
 
Laurence Anyways
2012 - 16ème
Xavier Dolan
 
Moonrise Kingdom
2012 - 17ème
Wes Anderson
 
Go Go Tales
2012 - 18ème
Abel Ferrara
 
Amour
2012 - 19ème
Michael Haneke
 
Les chants de Mandrin
2012 - 20ème
Rabah Ameur-Zaïmeche





 
L'Apollonide - Souvenirs de la maison close
2011 - 1er
Bertrand Bonello
Pour son quatrième long métrage, Bertrand Bonello passe un cap et livre un film magnifiquement accompli. Hypnotique, addictif, suave et toxique comme une fleur carnivore, L'Apollonide est à la fois un grand film sur le travail et l'exploitation, le désir et la pulsion de mort, et enfin sur le cinéma.
 
L'Étrange Affaire Angélica
2011 - 2ème
Manoel de Olivieira
Pas étonnant que la mort travaille Manoel de Oliveira, cinéaste centenaire. Maison on s'enchantera de voir que c'est une mort amoureuse qui le subjugue. Dans cette fable surnaturelle, un photographe (alter ego de l'auteur) s'éprend d'une jeune défunte dont le regard s'&anime lorsqu'il la prend en photo. Hors du temps, ensorcelée, la chronique parvient, par quelque magie, à rendre l'au delà romantique et envoûtant.
 
Comment savoir
2011 - 3ème
James L. Brooks
James L. Brooks prouve à nouveau son génie (incompris) avec une comédie sentimentale magistralement écrite, bâtie autour d'un triangle amoureux écrite, bâtie autour d'un triangle amoureux désopilant (Reese Witherspoon, Paul Rudd et Owen Wilson, aussi élégants que pathétiques) qui prend à bras le corps l'obsession numéro un de la comédie américaine sophistiquée : les bad life choices.
 
La piel que habito
2011 - 4ème
Pedro Almodovar
En se frottant à nouveau au genre, non loin des cauchemars de Franju ou de Cronenberg, Almodovar trouve le meilleur des terrains pour traiter la problématique crossgender qui lui est chère. Adaptant Mygale de Thierry Jonquet, l'Espagnol défigure son cinéma, entre drame psychologique et thriller baroque, s'imposant plus que jamais comme le cinéaste de la métamorphose.
 
La guerre est déclarée
2011 - 5ème
Valérie Donzelli
À partir d'un matériau tragique, qu'on aurait cru inséparable d'une gravité oppressante (le cancer de son fils), Valérie Donzelli se lance dans une tragi-comédie pop en forme d'ode à la vie. En réussissant une alchimie bariolée, ménageant habilement la dérision et l'effroi, la belligérante Donzelli terrasse la sinistrose nationale.
 
Dernière séance
2011 - 6ème
Laurent Achard
Le troisième long du plus sous-estimé des grands cinéastes français. Un grand film ténébreux sur la haine du principe de réalité, le pouvoir mortifère des fantasmes et la perte absolue de repères que constitue l'érosion du monde tel qu'on l'a d'abord connu et aimé.
 
Pater
2011 - 7ème
Alain Cavalier
On savait Alain Cavalier joueur, mais imaginait-on qu'il signerait un film politique si espiègle ? Mobilisant de sommaires moyens (une caméra, quelques décors naturels), Cavalier et Lindon singent le pouvoir, démontrant que ce dernier n'est qu'une comédie. Un grand film sur les pères et les faux-semblants, aussi goûteux que les crus dégustés par nos deux tartuffes magnifiques.
 
Super 8
2011 - 8ème
JJ Abrams
Un blockbuster numérique à alien, avec à l'intérieur un film de zombies low-cost à l'ancienne. Une initiation à l'amour, au deuil et au cinéma. Séparément, et bien sûr ensemble - l'amour du cinéma comme deuil. À la fois le film le plus spectaculaire et le plus intimiste de l'année.
 
Essential Killing
2011 - 9ème
Jerzy Skolimowski
Le corps muet et apeuré de Vincent Gallo traqué par la caméra inquiète de Skolimowski. Abrité au début par les canons de l'action movie, Essential Killing propose une inversion de point de vue, portant toute l'empathie du spectateur sur un taliban fugitif - joué par un Américain. plus qu'un tour de force, le procédé vise une abstraction vertigineuse : l'existence n'est plus que fuite effrénée.
 
Minuit à Paris
2011 - 10ème
Woody Allen
Peut-être lassé de Londres, Woody Allen s'offre un escapade à Paris, transbahutant Owen Wilson dans les années folles, à la rencontre d'Hemingway, Bunuel ou Dali. Le retour du New-Yorkais au fantastique, vingt-six ans après la Rose pourpre du Caire, lui permet non pas de filmer un Paris clicheteux, mais précisément de signer un film sur les clichés et une rêverie minnellienne sur le nouage entre rêve et réalité.
 
Melancholia
2011 - 11ème
Lars Von Trier
 
Attenberg
2011 - 12ème
Athina Rachel Tsangari
 
Mes meilleures amies
2011 - 13ème
Paul Feig
 
The Tree of Life - L'Arbre de vie
2011 - 14ème
Terrence Malick
 
Hahaha
2011 - 15ème
Hong Sang soo
 
Les bien-aimés
2011 - 16ème
Christophe Honoré
 
Black Swan
2011 - 17ème
Darren Aronofsky
 
Sweetgrass
2011 - 18ème
Lucien Castaing-Taylor Ilisa Barbash
 
Le Havre
2011 - 19ème
Aki Kaurismaki
 
Habemus Papam
2011 - 20ème ex aequo
Nanni Moretti
 
Hors Satan
2011 - 20ème ex aequo
Bruno Dumont





 
Mystères de Lisbonne
2010 - 1er
Raul Ruiz
Adaptation échevelée, picaresque et proustienne du grand romancier portugais du XIXe siècle Camilo Castelo Branco par le cinéaste franco-chilien Raúl Ruiz. Une méditation de près de cinq heures, rocambolesque et jubilatoire, sur le destin, l'imagination et la mort : un chef-d'oeuvre.
 
Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures)
2010 - 2ème
Apichatpong Weerasethakul
La Palme d'or surprise et méritée pour le meilleur cinéaste de sa génération. Impossible à raconter, le film imprime dans la mémoire quelques-unes des images les plus saisissantes de l'année 2010. Dont celle d'un grand singe noir aux yeux rouges perdu au milieu de la jungle.
 
The Ghost Writer
2010 - 3ème
Roman Polanski
Le grand retour de Polanski avec un film hitchcockien de facture éminemment classique. Mais "la modernité, c'est le classicisme", disait Rohmer. La preuve ici avec ce roman d'espionnage feuilletonesque qui permet au cinéaste de nous livrer sa vision désenchantée d'une humanité guidée par des images falsifiées.
 
Film Socialisme
2010 - 4ème
Jean-Luc Godard
Le retour en pleine forme intellectuelle du cinéma de Godard, régénéré par la profusion des images, et qui prône leur liberté absolue. A 80 ans, le monde parle encore à Godard, qui nous en propose le reflet le plus juste.
 
Mourir comme un homme
2010 - 5ème
João Pedro Rodrigues
Le cinéaste qui va exploser dans les dix prochaines années si les gros cochons du cinéma ne l'écrasent pas. Ce que décrit Rodrigues avec fougue et doute, c'est tout simplement les mystères insondables de nos sexualités. Rhétorique, onirique et concret à la fois : un narrateur de cinéma de première classe.
 
Bad Lieutenant : Escale à la Nouvelle-Orléans
2010 - 6ème
Werner Herzog
Werner Herzog adapte le pitch d'un vieux film d'Abel Ferrara. Il s'agit toujours des agissements hors norme d'un flic très bad boy. Mais à la langueur ferrarienne Herzog oppose une hystérie lyrique exacerbée par le jeu délirant de Nicolas Cage.
 
The Social Network
2010 - 7ème
David Fincher
La légende Facebook racontée par l'un des meilleurs cinéastes américains du moment, ou la marche triomphale de Mark Zuckerberg, à la fois l'un des hommes les plus riches et les plus seuls au monde. Après Zodiac et Benjamin Button, Fincher poursuit son oeuvre originale de moraliste.
 
Policier, adjectif
2010 - 8ème
Corneliu Porumboiu
Une enquête policière menée au ralenti par un inspecteur de police roumain en proie au doute et aux remontrances de son supérieur hiérarchique. Une fable métaphysique, kafkaïenne et noire, réalisée par l'un des petits génies du cinéma roumain actuel, déjà repéré en 2006 par la Caméra d'or avec 12 h 08 à l'est de Bucarest.
 
La vie au ranch
2010 - 9ème
Sophie Letourneur
Les affres de l'adolescence décrites comme les ébats de petits poneys énervés dans un corral. Sophie Letourneur réalise un cinéma très personnel, original, insoucieux de toutes les règles de narration classique. Un bordel très organisé.
 
Sexy Dance 3: The Battle 3D
2010 - 10ème ex aequo
John Chu
Si Stanley Donen, l'auteur de Chantons sous la pluie, avait connu le hip-hop, il aurait réalisé Sexy Dance 3. Prouesses physiques interloquantes, chorés inventives et utilisation hors pair des puissances graphiques de la 3D.
 
Kaboom
2010 - 10ème ex aequo
Gregg Araki
Araki renoue avec sa veine la plus fun. Quand le film de campus croise le fantastique à la Ed Wood dans une exultation effrontément sexuelle.
 
Carlos
2010 - 12ème
Olivier Assayas
 
Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu
2010 - 13ème
Woody Allen
 
Fantastic Mr. Fox
2010 - 14ème
Wes Anderson
 
Bright Star
2010 - 15ème
Jane Campion
 
Les femmes de mes amis
2010 - 16ème
Hong Sang-soo
 
Les Amours imaginaires
2010 - 17ème
Xavier Dolan
 
Homme au bain
2010 - 18ème
Christophe Honoré
 
Tournée
2010 - 19ème
Mathieu Amalric
 
White Material
2010 - 20ème
Claire Denis





 
Inglourious Basterds
2009 - 1er
Quentin Tarantino
 
Funny People
2009 - 2ème
Judd Apatow
 
Tokyo Sonata
2009 - 3ème
Kiyoshi Kurosawa
 
Hadewijch
2009 - 4ème
Bruno Dumont
Statistiques
Longs
540
Films
50013
Notes
6.98
Moyenne
Vous
0
Longs
Courts
1
Films
9
Notes
6.44
Moyenne
Vous
0
Courts
Commentaires
leprodiss 20/12/2017 16:45:13
Le Top 2017 est sorti !!

1-120 battements par minute
2-Certaines femmes
3-Le musée des merveilles
4-Les fantômes d'Ismaël
5-Yourself and yours
6-Good time
7-Un jour dans la vie de Billy Lynn
8-Un beau soleil intérieur
9-Barbara
10-The lost city of Z
11-Logan
12-Split
13-Logan lucky
14-La villa
15-Le jour d'après
16-Sayonara
17-The edge of seventeen
18-Jeannette
19-Get out
20-Belle dormant
CinéLounge est partenaire de l'ONG Mahasoa.
Aidez-la et accédez à de nouvelles fonctionnalités.
© tadanobu - 2009/2020 0.761